La tenue : en blanc et rouge

Les rues de Pampelune se colorent de blanc et rouge dès le moment du Chupinazo et jusqu’à la fin de la fête. Selon la tradition, il faut porter l’uniforme pamplonica : chemise et pantalon blanc, ceinture rouge et le « pañuelico » (foulard) rouge des festivités.

Tous, venus des quatre coins du monde, portent la tenue de rigueur, ou du moins il devraient tous le faire, car c’est la clé pour s’intégrer à la fête. On ne sait pas très bien quelle est l’origine de cette tenue mais elle est devenue populaire grâce à la Peña La Veleta (association de nos jours disparue) qui, dans les années 1930, avait adopté ces couleurs pour se distinguer des autres associations.

Les populations locales sont d'accord sur le fait que le foulard est l’élément central de cet ensemble, étant essentiel de le nouer au cou dès le coup de feu de départ.

 

LES INDISPENSABLES DE LA TENUE

  • Le foulard rouge : un foulard à nouer au cou dès le coup de feu de départ et à enlever lors du chant de clôture des festivités, le « Pobre de Mí ». Il affiche généralement le blason brodé de Pampelune, celui de Navarre, celui d’une peña ou d’une association, ou le nom de celui qui le porte, ce qui est habituel parmi les plus petits.
  • La Ceinture de San Fermín : elle est caractéristique pour ses dimensions et sa couleur. C'est une ceinture rouge de 2,5 mètres de long et 12 cm de large. Elle doit être attachée à la taille.
  • Vêtements blancs : la tenue caractéristique se compose d’une chemise et d’un pantalon blanc, couleur permettant de faire ressortir le rouge de la ceinture et du foulard. 
  • Espadrilles : des espadrilles avec semelle de chanvre en toile blanche unie, avec un ruban rouge en croix.